Pays de Retz

Img e0633

Axel Mellerin, meilleur artisan de France

Pour la seconde année consécutive, RMC organisait le concours national des meilleurs artisans de France, ouvert à toute personne travaillant dans une entreprise artisanale, ou en étant le gérant. Plus de 400 candidatures ont été reçues, coiffeurs, plombiers, peintres, bouchers, mécaniciens automobiles, carreleurs, charpentiers, dont 56 ont été sélectionnées, et 7 récompensés. Parmi eux, le charpentier michélois Axel Mellerin, âgé de 26 ans, pour sa tour d'observation réalisée en 8 h 50.

« L’artisanat, premier employeur de France, a un rôle déterminant dans notre économie. Nous sommes convaincus que le savoir-faire de nos artisans est précieux et a de l’avenir. Nos artisans ont de l’or entre les mains ! Au travers de ce concours, nous nous sommes engagés à mettre en valeur ce vivier de talents, expliquent Eric Brunet et Laurent Neumann, organisateurs du concours. C’est avec fierté que nous avons récompensé les 7 lauréats lors de la finale le vendredi 6 mars au Paris Event Center où les artisans finalistes se sont affrontés autour d’une journée d’épreuves. Ils devaient mettre à profit toute leur expérience, leurs compétences et savoir-faire ainsi que leur détermination. »

« Ce qui était intéressant dans ce concours, apprécie Axel, c’est que le sujet était imposé, mais la technique était complètement libre, avec le matériel, les techniques et les compétences que l’on voulait. J’ai choisi d’utiliser l’ordinateur et de travailler en 3 D. »

Axel est cogérant de l’entreprise michéloise de menuiserie charpente de son père, Yves Mellerin, menuisier de métier, qui lui a appris les rudiments du métier de menuisier. « Au début, le travail du bois, c’était un peu pour faire comme papa, et puis c’est rapidement devenu une passion. C’est un métier qu’on ne fait pas sans passions. J’aime le contact avec le bois. C’est une matière passionnante, il n’y a pas deux morceaux de bois identiques. J’aime travailler de mes mains et obtenir un résultat concret à la fin de la journée. Mais la charpente, c’est encore autre chose que la menuiserie, c’est surtout une gymnastique de l’esprit, et j’avais besoin de ça. »

À l’âge de 15 ans, Axel part en apprentissage afin de compléter sa formation et voir une autre façon de travailler. Après ma menuiserie, il embraye sur la charpente afin d’approfondir ses connaissances. Lauréat du concours du meilleur apprenti de France, il s’inscrit ensuite aux Olympiades des Métiers et termine 5e national puis, l'année suivante,  il obtient la médaille d’or en charpente et part au Brésil représenter la France. Sa nomination comme meilleur artisan de France vient couronner son parcours.

« Ma formation est aujourd'hui terminée, même si on apprend toute sa vie. Mais il faut surtout être bien préparé et connaître toutes les ficelles du métier. »

L’entreprise Mellerin est fermée pendant le confinement. Axel travaille au bureau avec ses parents,, réalisant l’administratif (devis et chiffrages),  tandis que les ouvriers (5 CDI et 4 apprentis) ont été invités à chez eux, pour leur sécurité. Axel continue également le travail sur logiciel 3D, concevant les prochains projets et préparant les futurs chantiers. C’est lui qui a apporté cette technique dans l’entreprise familiale. Axel est souvent retenu au bureau, mais il espère un jour pouvoir être davantage sur le terrain, voire former des apprentis.


Le site de l'entreprise Mellerin
L'entreprise Mellerin sur Facebook
L'entreprise Mellerin sur Instagram

Maf charpente bichontv 49

Axel Mellerin remporte le concours !

90252545 10223159351558628 8132093161305538560 o

La tour d'observation réalisée par Axel, à partir de la technologie 3 D, edurant les 8 h 50  d'épreuve (photo Ateliers Mellerin)

Dsc 0514

L'entreprise Mellerin au grand complet (photo Ateliers Mellerin)

 

Que faire des déchets verts et tontes de pelouse ?

Concernant les déchets verts et tontes de gazon sur le territoire de Pornic-Agglo, les déchetteries sont fermées.

COVED ne peut pas organiser une collecte de déchets verts en porte à porte. La société de ramassage mobilise déjà ses équipes afin que les collectes indispensables visant à garantir la salubrité, c’est-à-dire la collecte des ordures ménagères et des emballages en porte à porte, soient maintenues.

L'agglo précise que les déchets verts peuvent se gérer à domicile : compostage, mulching…

Plus d'information concernant ces techniques sur le site du Bocage mayennais.

 

91897322 2839480266087528 8390048411771994112 o

11752480 1470095539972291 1835044740607738297 n

Gérer la crise du Coronavirus en période de flou électoral

Venir en aide aux plus faibles et aux plus isolés est plus que jamais le rôle du maire d'une commune à l'heure actuelle, tout en rassurant les habitants et gardant la tête froide au milieu de toutes les rumeurs, vraies ou fausses, le tout dans un contexte électoral des plus inconfortable. A travers la France, certains sont rassurés de savoir que l'équipe reconduite a déjà l'expérience de la gestion d'une commune, tandis que d'autres espéraient qu'une nouvelle équipe compétente, ou novatrice, ou moins audacieuse, viendrait remplacer l'équipe en place.

Dans notre département comme ailleurs, les situations ne sont pas toujours faciles à gérer. « Les élections auraient dû être annulées », estime Michel Bahuaud, maire sortant de la commune de La Plaine-Sur-Mer (44), contraint de rempiler pour deux mois à l’issue de cinq mandats consécutifs, dont quatre comme premier magistrat. C’était pourtant volontiers qu’il laissait la place à son adjointe Séverine Marchand. Mais la loi d’urgence est passée par là et Michel Bahuaud se retrouve prolongé dans son mandat. Toujours en Loire-Atlantique, à Saint-Michel-Chef-Chef, Irène Geoffroy, battue à 21 voix près par la candidate de la minorité municipale Éloïse Bourreau-Gobin, va encore devoir attendre pour prendre les rênes de la commune. Elle s’est cependant proposée avec sa liste pour agir avec l’ancienne équipe. À Sucé-sur-Erdre, une collaboration entre la liste sortante et la liste entrante s’est mise en place efficacement.

Ailleurs en France, Philippe Ardhuin, maire reconduit de Simiane-Collongue (5 000 habitants), dans les Bouches-du-Rhône, a convoqué son conseil municipal vendredi 20 mars, en l’absence de directives claires. « Je n’ai agi ni par défiance ni par esprit de polémique, explique-t-il. Il n’était pas indispensable pour moi de tenir ce conseil, puisque je suis maire sortant réélu. Mais, ancien officier supérieur, j’ai pour habitude de faire les choses légalement, et en ce moment il est encore plus important qu’en temps normal d’avoir un exécutif en ordre de marche. » En effet, entre l’élection et la constitution du conseil municipal, le maire ne peut légalement gérer que les affaires courantes, mais non pas prendre des arrêtés. Depuis l’amendement 263 du 21 mars, les conseils municipaux en place avant les élections peuvent se réunir à nouveau (hors élection du maire et des adjoints), et ce, a priori, jusqu’au mois de juin. « Mais au moment de notre conseil, cet amendement n’avait pas encore été voté ».

Jeudi 19 mars, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, invité à la Matinale d’Europe 1, a tenu une grande allocution incitant à maintenir les conseils municipaux, quitte à ne pas tenir compte du quorum. Le soir même, il revenait sur ses propos. « Je n’ai reçu aucune directive officielle autre que les annonces par médias interposés, continue Philippe Ardhuin. J’ai donc tenu mon conseil municipal. Je n’ai su qu’ensuite que le sous-préfet avait tenté de m’appeler sans succès à plusieurs reprises, en réponse à mes interrogations. Lorsque j’ai reçu les nouvelles directives, j’ai annoncé que le conseil du 20 mars était « sans effet ». Le député Lambert a cependant demandé des sanctions contre moi. »

Et Philippe Ardhuin de s’interroger : « Quelle sera la légitimité d’un maire que les électeurs n’ont pas reconduit ? Comment vont se définir les relations d’un maire battu par un membre de son ancienne équipe, ce dernier se retrouvant de nouveau dans la minorité ? Comment peut-on gérer correctement, dans ces conditions, une situation d’urgence comme la nôtre ? » Et l'on peut également se demander dans quelles conditions se déroulera le travail d'un maire sortant s'étant constitué une liste en vue des élections, et obligé de reprendre avec son ancienne équipe, dans laquelle certains adjoints ou conseillers souhaitaient s'arrêter pour cause de lassitude ou de désaccord.

Quant à Christian Schoettl, maire sortant de la petite commune de Janvry dans l'Essonne (630 habitants), il a maintenu également son Conseil municipal du 20 mars, et la Préfet n'a pu trouver d'argument pour faire annuler l'élection du premier magistrat et de ses adjoints. Le maire s'en explique sur son blog et au sein de nos colonnes.

K. U.

 

20200321 095720

Optez pour la vente à distance

 

L’approvisionnement et les ventes à distance s'organisent. En ce qui concerne la ferme Gineau, article approfondi à venir la semaine prochaine.

 

20200321 095725